Zeitnot : un shonen manga sur les échecs

Publié le 20 janvier 2010
Un manga sur les échecs : Zeitnot a été publié dans la collection de mangas français Shogun des Humanoïdes Associés. Zeitnot © Edmond Tourriol

Zeitnot : le premier manga sur les échecs est un manga français ! Zeitnot est une production du studio MAKMA. Au scénario : Edmond Tourriol. Au dessin : EckyO. Aux trames : Rayteda. Et à la couleur de couverture : Fred Vigneau. Ce manga est publié par Les Humanoïdes Associés dans la collection Shogun. Sortie nationale : 26 septembre 2007.

Dans un entretien avec Échecs Mag, Edmond Tourriol déclare : « je me suis dit que ça serait intéressant d’appliquer les codes narratifs des mangas de sport à un jeu comme les échecs. Quand j’en ai parlé à mon éditeur, il a tout de suite accroché [à l’idée d’un manga sur les échecs] ».

Aux échecs, lorsqu’un joueur arrive à la fin de sa réserve de temps, il est obligé de jouer sous pression. On dit qu’il est en zeitnot. Cette « crise de temps » pousse parfois les joueurs les plus aguerris à la faute.

L’histoire de ce manga sur les échecs

Zeitnot est avant tout l’histoire de la rébellion adolescente : celle de Tristana Thibert, une fille qui a consacré toute sa vie aux études et qui, grâce aux échecs, va découvrir de nouvelles valeurs et apprendre à avoir confiance en elle. Du jour au lendemain, notre héroïne va découvrir que le monde n’est pas forcément tel qu’on le lui a toujours enseigné. Elle va comprendre que, grâce aux échecs, elle peut échapper à son conditionnement et choisir son propre chemin.

Ci-dessous, quelques illustrations. Une page promo pour annoncer la sortie d’un manga sur les échecs avec Zeitnot dans le magazine Shogun, puis les premiers character designs réalisés par EckyO pour Tristana, Sophie et Youri.

Youri, le petit ami de Sophie, est une pointure aux échecs. C’est le meilleur joueur du lycée. Les premiers essais d’EckyO sur le personnage lui donnaient une apparence trop sportive. Le gars avait l’air trop costaud. Finalement, nous avons opté pour une apparence plus fine, plus élancée. On a moins l’impression qu’il peut tenir trois mi-temps de rugby !