Benjamin Viette traduit les Tortues Ninja en français

Publié le 04 octobre 2018
La chute de New York : un album des Tortues Ninja chez HiComics. TMNT/Tortues Ninja ©IDW et ©HiComics pour la VF.

Benjamin Viette, traducteur de comics chez MAKMA, a récemment signé l’adaptation VF des TMNT (Teenage Mutant Ninja Turtles), alias les Tortues Ninja en français. C’est HiComics qui édite le retour de cette licence en France. Nous sommes allés lui poser quelques questions.

Salut Benjamin. Alors, il paraît que tu es le traducteur des Tortues Ninja, en France ?

Benjamin Viette : Ouais ! Sullivan Rouaud, de HiComics, m’a confié la traduction du premier tome en début d’année 2018. Après La guerre de Krang, j’ai enchaîné avec les deux parties de La chute de New York et j’ai même traduit le petit numéro du FCBD 2018 sur Leonardo. C’est vraiment de bonnes histoires, surtout La chute de New York qui, pour moi, est un must-read. Avec Mateus Santolouco au dessin, ça déchire. Je suis vraiment fier de faire partie de cette aventure.

Tu as rencontré de gros challenges dans la traduction ?

Benjamin Viette : Le plus important, quand on traduit l’histoire d’une équipe comme celle-là, c’est que chaque personnage doit avoir sa propre voix. Alors, on tourne certaines phrases différemment, on joue avec la ponctuation et on place quelques termes plus « cool » selon le personnage. Je ne peux pas faire parler Raphael comme Donatello, par exemple. Sur certaines bulles, ça n’aurait aucun sens.

Le truc, aussi, c’est que les Tortues Ninja, ça doit rester lisible pour les enfants. Alors les mots en F, en anglais, j’évite de les transformer en mots en M. Je remplis leurs bulles de façon assez concise et efficace, parce que des ninjas, ça dit des trucs badass. Mais, ouais. J’évite les gros mots.

Les Tortues Ninja, c’est un truc que tu connais bien ?

Benjamin Viette : Je suis né au début des années 90, donc j’ai loupé la naissance des tortues, mais comme beaucoup de jeunes de mon âge, j’ai grandi devant la télé en regardant Les Chevaliers d’écaille le mercredi après-midi. Plus tard, j’ai même remis le couvert avec la série animée de 2003, mais j’avoue ne m’être jamais vraiment intéressé à la version papier avant cette année. Résultat : traduire les Tortues Ninja, c’est un retour en enfance, pour moi.

Une tortue préférée ?

Benjamin Viette : Sans hésitation : Leonardo. C’est un peu cliché, parce que c’est le chef, mais c’est surtout le plus réfléchi. C’est une sorte de condensé des trois autres tortues, en plus posé et plus calme. C’est peut-être pour ça que j’adore La Chute de New York : c’est un moment super important pour ce personnage. Je ne vais pas en dire plus, pour éviter les spoilers, mais il faut vraiment le lire, ce bouquin. D’ailleurs, si on a envie de connaître Leonardo, la minisérie qui a été offerte pour le FCBD est tout aussi intéressante.