TODAG : Tales of Demons and Gods, traduction du mandarin

Publié le 26 novembre 2018
TODAG : Tales of Demons and Gods tome 1 © éditions Nazca. TODAG : Tales of Demons and Gods tome 1 © éditions Nazca. Une traduction du mandarin vers le français signée Sarah Grassart.

TODAG (Tales Of Demons And Gods) arrive bientôt en France, grâce à une traduction du chinois (mandarin) vers le français signée Sarah Grassart pour le compte des éditions Nazca. Nous en avons profité pour aller à la rencontre de cette jeune équipe éditoriale composée de Damien Mercier (lettreur), Benjamin Maisak (chargé de communication) et Camille Mercier (gérant) qui se partagent également le rôle d’éditeur.

Salut à toute l’équipe de Nazca Éditions. Parlez-nous un peu de vous : qu’est-ce qui vous a donné envie de publier des manhuas (mangas chinois) ?

Damien Mercier : Principalement car ce sont des œuvres couleur qui se lisent de gauche à droite. Et comme Tales of Demons and Gods est basé sur un webnovel, l’histoire est préparée à l’avance, ce qui empêche d’avoir des creux à la fin des arcs scénaristiques, et – on l’espère – une histoire qui ne finira pas en queue de poisson !

Des œuvres en couleur

Benjamin Maisak : J’ai d’abord aimé le côté couleur, et c’est vrai qu’on ne partait pas forcément sur ce manhua ou même tout simplement un manhua. C’est juste qu’on voulait éditer une histoire et un dessin qui nous correspondait. On ne visait pas particulièrement un pays spécifique. Ce qui nous a intéressés pour ce manhua c’est qu’on l’adore depuis longtemps et que, pour nous, c’était un manque qu’il ne soit pas disponible en France. Donc on a une certaine fierté à commencer par celui-là.

Camille Mercier : J’aime beaucoup les webnovels surtout les wuxias (romans de cultivateurs) donc quand on m’a parlé de TODAG, j’avoue que je connaissais, bien sûr, et que j’étais accro. Donc c’est sûr que ça m’a intéressé. J’aime principalement pour l’histoire : l’amour du manhua et du dessin sont venus après… Après, comme dans l’équipe, ils ne sont pas à jour sur le webnovel, j’ai parfois envie de les spoiler, mais pour l’instant, j’ai réussi à me retenir…

Histoires de démons et de dieux

Vous avez opté pour Tales of Demons and Gods comme premier titre manhua : vous pouvez nous expliquer ce choix ?

Damien Mercier : Les dessins sont sympa et agréables, l’histoire n’a pas de temps mort. Surtout, c’est le premier manhua que j’ai fait découvrir à ma nièce (9 ans) qui n’avait jamais été intéressée par les mangas. Et depuis, elle adore le lire : c’est notre première fan et testeuse en chef. L’histoire est parfaitement adaptée pour les enfants, c’est assez léger et drôle pour être facile d’accès, et comme c’est en couleur et que le sens de lecture est de gauche à droite, ça ne l’a pas rebutée.

Un manhua en lequel Nazca croit vraiment

Benjamin Maisak : Lors qu’on a créé la maison d’édition Nazca, on avait déjà l’idée d’œuvres originales et on avait plusieurs titres en tête (qu’on espère vraiment pouvoir faire plus tard), dont TODAG. On est vraiment contents d’avoir pu commencer par celui-ci. C’est super de débuter par une œuvre dont on est fan et en laquelle on croit vraiment.

C’est Sarah Grassart qui a effectué la traduction du mandarin vers le français de ce manhua. Qu’avez-vous pensé de ses dialogues ?

Camille Mercier : Sarah a fait un excellent travail sur la traduction, et a été à l’écoute tout au long du projet par rapport à nos demandes et éventuellement nos suggestions. On se doute que ça doit être compliqué de traduire un manhua, mais elle a réussi tout en nous permettant d’être impliqués dans le processus d’adaptation. Merci encore à elle.

TODAG : un acronyme déjà connu

Vous partez sur TODAG comme titre français ? Qu’est-ce qui vous a poussé à prendre cette décision ?

Damien Mercier : En premier lieu, on ne voulait pas trahir les fans en donnant une traduction française qui ne nous aurait pas convaincu, donc on voulait garder Tales of Demons and Gods, qui pour nous avait du sens. Mais nous voulions en faire quelque chose de plus simple. Et il se trouve que par habitude, dès qu’on en parlait entre nous ou à quelqu’un d’autre, on avait l’habitude de dire « TODAG ». Il faut dire que c’est une habitude dans la communauté des jeux vidéo et des webnovels, puisque certains titres ont des noms à rallonge. Bref, on voulait aussi garder ce côté communauté, donc TODAG !

Vous prévoyez de publier d’autres manhuas, en parallèle de TODAG ?

Camille Mercier : Nous avons plein d’idées et encore plus d’envies !

Benjamin Maisak : On a plein de bonnes idées, que ce soit en couleur ou en noir et blanc, manga ou manhua. La communauté autour du manhua nous a aussi proposé d’autres œuvres qui nous correspondent. Et pour certaines, ce sont des projets que nous aimerions réaliser. Après, on espère déjà que TODAG démarre bien, et qu’on puisse le faire découvrir à un public qui prendra autant de plaisir que nous à le lire. Si en plus, ça marche, nous serons heureux de partir sur d’autres projets que nous communiquerons par la suite.

Merci à toute l’équipe éditoriale des éditions Nazca. Pour en savoir davantage sur cette jeune maison, visitez sa page Facebook !

TODAG : Tales of Demons and Gods tome 1 © éditions Nazca.
TODAG : Tales of Demons and Gods tome 1 © éditions Nazca. Une traduction du mandarin vers le français signée Sarah Grassart.

 

Le premier tome de la saga TODAG a pour titre Le Livre du Démon du Temps. Il paraître aux éditions Nazca le 21 février 2019. Au scénario : Mad Snail. Aux dessins : Jiang Ruotai. Adaptation VF : Sarah Grassart pour le compte de l’agence de traduction MAKMA. Prix de vente public envisagé : 8,95€ TTC. Le manhua sera en vente partout : librairies spécialisées, grandes surfaces, sites de e-commerce…