Camille Gardeil

Publié le 04 octobre 2018
Portrait Camille Gardeil (Photo : Benjamin Viette) Portrait Camille Gardeil (Photo : Benjamin Viette)

Conclusion parfaitement logique d’un baccalauréat scientifique spécialité mathématiques, Camille Gardeil se lance dans une licence de Langues étrangères appliquées anglais allemand. C’est au cours de ce cursus qu’il découvre la traduction et qu’il décide de s’orienter vers un Master dans cette discipline. Il contacte Edmond Tourriol et le studio MAKMA dans le cadre d’un dossier de prospection de professionnels du milieu, et en profite pour évoquer la possibilité d’un stage.

Stage qui commence trois mois plus tard par une croisade contre les fautes de français, de traduction et de lettrage dans les différents tomes des collections Hachette Le Meilleur des Super-Héros Marvel et La Collection de Référence. Après deux autres stages (un dans le domaine médical et un autre dans des secteurs plus ludiques), Camille Gardeil obtient son diplôme et entre dans le monde de la traduction professionnelle. Partageant son temps entre des textes techniques dans le cadre d’un emploi à temps partiel et traductions dans les milieux des jeux de société et de rôle, ainsi que dans la bande dessinée avec le studio MAKMA, il continue d’œuvrer sur les deux collections Hachette, et traduit désormais les textes d’une troisième, concentrée sur le héros de Robert E. Howard, Conan le Barbare.

Ses domaines de spécialisation ne sont pas un hasard : fan de super-héros depuis tout petit, et de Batman en particulier, grâce à la série animée qu’il dévorait plus jeune, rien ne pouvait l’enthousiasmer plus que l’idée de gagner sa vie en traduisant les aventures des personnages de Marvel et DC Comics. De même, grand amateur de jeux de rôle, de figurines et de cartes à collectionner (il a d’ailleurs ouvert avec son frère une boutique vendant ce genre de produits, l’enseigne Tableraze à Montpellier), Camille Gardeil a bien l’intention de voir son nom apparaître dans les livrets de jeux en tous genres. C’est également cet attrait pour le jeu de rôle qui le poussera, voilà un peu plus de 8 ans, à entrer dans une compagnie d’évocation médiévale, la Compagnie Merces, avec laquelle il parcourt les villes du sud de la France pour partager ses connaissances et sa passion et terroriser les enfants.