Scénario BD

Le studio MAKMA collabore avec plusieurs auteurs qui pourront écrire votre scénario BD. En effet, des beaux dessins ne suffisent pas à faire d’une bande dessinée une bonne lecture : il faut que l’histoire soit intéressante !

Pour écrire un scénario de BD, nous passons par plusieurs étapes : le pitch, le synopsis, le découpage page par page, puis case par case, et enfin les dialogues. Le pitch, c’est tout simplement l’accroche : les quelques phrases qui vont donner envie d’en savoir davantage. C’est le concept de l’histoire réduit à son expression la plus simple et la plus efficace. Ensuite, le synopsis, c’est le résumé du scénario : les grandes lignes. Ce qui se passe au début, au milieu, à la fin. Avec des précisions sur l’incident déclencheur et sur le climax, c’est-à-dire le point culminant de l’aventure. Ensuite, le découpage, c’est tout simplement comment on va procéder pour raconter cette histoire, page après page, case après case. C’est tout le processus de la narration séquentielle propre à la bande dessinée. Les dialogues viennent alors parachever le tout, en amenant, par exemple, le punch et l’humour qui font tout le sel de la littérature dessinée.

Il existe différentes sortes de scénario BD : tout dépend du format de publication (manga, comic book, album), de la pagination de l’ouvrage, de la périodicité (un one-shot ne s’écrit pas comme une série), du style d’histoire (drame, aventure, humour…). Ainsi, une sage de deux cents pages ne s’écrit-elle pas comme un recueil de gags en une planche !

Chaque projet trouve son scénariste : nous avons dans notre équipe des auteurs aux styles variés. Si vous avez des besoins en écriture de scénario BD, nous saurons être à votre écoute pour vous aider à réaliser la bande dessinée dont vous avez envie.

Parmi les scénaristes BD qui proposent leurs services via le studio MAKMA, citons Stephan Boschat, Daricy, Philippe Dos Santos, Sylvain Duthil, Daniel Fernandes, Benjamin Rivière ou encore Edmond Tourriol.

L'Équipe Z © Edmond Tourriol, Albert Carreres, Daniel Fernandes