Captain Tsubasa Anime Comic : un script découpé par Tim Cadic

Publié le 07 mars 2021
Captain Tsubasa Anime Comic Captain Tsubasa disponible aux éditions Nobi Nobi

Captain Tsubasa Anime Comic : les éditions Nobi-Nobi publient un nouveau manga couleur conçu  par l’équipe MAKMA à partir du dessin animé sorti dernièrement. Il s’agit d’adapter sur papier les aventures footballistiques de Tsubasa Ozora. Pour cela, le scénariste Tim Cadic s’approprie chaque épisode TV pour en adapter le script qui sera illustré via des captures d’écran en haute résolution découpées par notre collaborateur Bryan Wetstein. Nous lui avons posé quelques questions à propos de son travail sur le Captain Tsubasa Anime Comic.

Tim, comment as-tu procédé pour adapter une série animée comme Captain Tsubasa vers le format manga ?

Tim Cadic : Ce qu’il faut savoir en premier pour réaliser ce genre d’adaptation, c’est combien de pages de BD sont fixées par tome. Pour le Captain Tsubasa Anime Comic, c’est 187 pages de BD, ce qui équivaut à sept ou huit épisodes par bouquin. Lorsqu’on calcule qu’un épisode d’une vingtaine de minutes va devoir être adapté en une moyenne de 24 pages, on commence réellement son boulot d’adaptation. À partir de là, on doit faire des choix assez ciblés. Le plus important est de se focaliser sur l’action, c’est-à-dire privilégier les scènes qui font vibrer le lecteur. La deuxième priorité c’est le parcours du héros. On se doit d’exposer de façon complète ses entraînements et ses épreuves hors-match afin d’y voir sa construction personnelle. La troisième priorité c’est de choisir les passages où se développent les relations les plus marquantes du récit. Ça permet d’ajouter de la cohérence dans les choix, les objectifs et l’état d’esprit des protagonistes.

Quelles qualités faut-il avoir pour réaliser une adaptation en anime comic de ce genre ?

Tim Cadic : Je pense que la première qualité à avoir, en plus de comprendre comment réaliser un script, c’est… d’aimer le foot. Je dirais même que suivre à fond le foot donne des facilités à adapter une telle série. Ça permet de se mettre à la place du lecteur-type, ici le footeux de onze ans dirons-nous, et de pouvoir combler ses attentes. Mes connaissances sur le ballon rond m’ont permis de donner aux lecteurs ce qu’ils attendent, du moins je l’espère. La seconde qualité est de savoir synthétiser, faire des choix d’adaptation qui ne gâcheront pas la saveur du récit.

Quelles libertés t’ont été données pour faire cette adaptation ?

Tim Cadic : En dehors du nombre de pages, de la taille des textes et des priorités à respecter comme je viens de vous l’énoncer, j’étais très libre. J’ai pu choisir chaque case de chaque page et j’étais libre de m’attarder sur une action plutôt qu’une autre. Pareil pour les relations que Tsubasa entretient dans le récit, je pouvais insister sur les trames qui me semblaient les plus importantes à coucher sur papier.

Du dessin animé Olive et Tom au Captain Tsubasa Anime Comic

Tu étais fan étant gamin ?

Tim Cadic : Oui, j’adorais Olive et Tom. Ça passait le mercredi midi sur la 5 dans une émission qui s’appelait Midi les zouzous. Déjà à l’époque, Mark Landers me fascinait. Je le comparais à Thierry Henry car c’était l’attaquant ultime, qui semble être arrogant, alors qu’en fait c’est juste un grand champion avec un caractère de feu !

Visiblement, tu es aussi un fan de football ?

Tim Cadic : Oui, j’avais 6 ans lors de France 98. Ma passion est partie de là, et n’a jamais cessé de grandir. On est supporter du Stade Rennais de père en fils dans la famille, et je vous le dis, malgré l’étiquette de loser qu’on a collée à ce club pendant des années, je n’ai jamais rien lâché. J’aime le football de la même manière que j’aime mon club : avec passion. Je suis aussi une espèce de geek en la matière. Petit, j’ai lu pas mal de bouquins sur le sujet, et j’écoutais religieusement les émissions Oooooon refait le match de l’éminent Eugène Saccomano. Je continue de suivre le foot quotidiennement, et ce depuis l’école primaire.

Quel est ton chapitre ou passage préféré de Captain Tsubasa ?

Tim Cadic : Je dirais que c’est le passage où Kojiro Hyuga, le grand rival de Tsubasa, va s’entraîner à Okinawa. Il se donne l’objectif de transpercer la vague d’un « tsunami » avec sa frappe de balle, et y parvient ! Je trouve ça épique à souhait. On ne peut voir ça que dans Captain Tsubasa (rires).

Quels sont tes personnages préférés dans ce Captain Tsubasa Anime Comic ?

Tim Cadic : Mon personnage préféré c’est Kojiro. Il a la rage de vaincre, j’adore ça. Il est conscient de sa force physique en plus de son adresse face au but, et ne se prive pas de le rappeler aux autres. Il me fait penser à un mélange entre Cristiano Ronaldo et Zlatan. J’aime aussi beaucoup Tsubasa qui lui est un mélange entre Zidane et Leo Messi. Il y a aussi Ryo, l’ami de Tsubasa. Il est drôle et d’un soutien sans faille, je le trouve attachant.

Quel message cette œuvre est-elle censée faire passer ?

Tim Cadic : Captain Tsubasa est à mettre dans les mains de tous les enfants qui commencent le foot. C’est d’abord un message d’amitié et de passion qui est délivré. Si on ne joue pas au foot par plaisir en premier lieu, on ne va nulle part. C’est aussi un beau message d’abnégation, si tu travailles dur, tu y arriveras. Cette série montre aussi le coté impitoyable du monde du football, devenir compétitif passe par des sacrifices. Plus le rêve est grand, plus la tâche s’annonce difficile.

Un rythme endiablé pour le Captain Tsubasa Anime Comic

Quelles sont les différences majeures entre cette version de Captain Tsubasa et le dessin animé de ton enfance ?

Tim Cadic : Le rythme ! Pour Olive et Tom, un épisode était parfois synonyme d’une seule et même traversée de terrain. Dans ce remake il y a plus de combinaisons et de jeux de passes, ça va à toute vitesse. Je pensais que ça allait gâcher le côté épique de la série mais il n’en est rien. Les frappes et les actions sont toujours aussi spectaculaires, et le caractère des personnages est resté fidèle à ce que j’ai connu vingt ans plus tôt. Je ne vois que ça.

La question qui fâche : tu préfères la version Olive et Tom de ton enfance ou ce remake sur lequel tu travailles ?

Tim Cadic : J’ai toujours eu un faible pour l’histoire de rivalité entre Tsubasa (Olivier Atton) et Kojiro (Mark Landers). Entendre le talentueux Donald Reignoux doubler le personnage de Kojiro et  reconnaître ce même doubleur pour la voix de Tsubasa ont fait de ce remake une réussite au-delà de mes espérances. Chaque personnage est aussi attachant et haut en couleur qu’auparavant. Les frappes et les actions de buts sont aussi de toute beauté. Je vais peut-être faire tiquer les gens de ma génération, mais je trouve que ce remake a amélioré sa précédente version.

Supporteur du Stade Rennais de père en fils

L’idée d’écrire tes propres histoires sur le monde du ballon rond t’a déjà traversé l’esprit ?

Tim Cadic : Ça fait maintenant un peu plus d’un an que j’essaie de finir l’écriture de ma BD sur le parcours d’un jeune supporter rennais. Cette année, c’est un de mes objectifs : finir cette histoire qui touchera le cœur des fans du Stade Rennais.

En dehors du foot et du sport, par quoi es-tu passionné ?

Tim Cadic : J’adore le rugby, le cinéma, les jeux vidéo, l’histoire de France, Le seigneur des anneaux et Tolkien. Le genre heroic fantasy me branche autant que le genre cyberpunk. J’ai aussi créé une chaîne Youtube avec un pote via une passion commune : celle des comics.

Merci, Tim, et rendez-vous dans les pages du Captain Tsubasa Anime Comic chez Nobi-Nobi !