Ben Basso : l’interview

Le succès de Ben Basso sur Ulule continue. Prenant sur son emploi du temps de ministre, le dessinateur a accepté de répondre à quelques questions sur sa campagne de financement participatif.

Ben Basso est un homme pressé. Avec déjà 346% de l’objectif atteint, le « crowdfunding » de son art book « De Creaturis Dementiae » est déjà un succès.

Dominique, notre community manager a pris le temps de revenir avec lui sur le lancement éclair de sa campagne :

Salut Ben, tu appréhendais un peu de lancer ton projet sur Ulule, es-tu rassuré maintenant ?

Oh oui, complètement ! Cela dit, je ne m’attendais pas à autant de stress et d’émotion. Voir le financement du projet monter d’un coup, puis stagner quelques temps pour repartir d’un coup, et petit à petit continuer à monter encore et encore… C’est encore plus prenant qu’un bon film.

Un lapin, un cerf de Ben Basso

100% en 4 heures, tu ne t’y attendais pas ?

Absolument pas. Pour être honnête, j’espérais atteindre les 60% dans la première journée, en me répétant que j’étais un peu trop prétentieux de penser ça. Avec un recueil de dessins en n&b, j’avais vraiment peur de faire un bide. Finalement, le projet a été super bien accueilli, c’est vraiment cool.

Est-ce que ta forte présence sur les réseaux sociaux a contribué à ce succès ?

Tout se joue là. C’est vrai que j’ai pris l’habitude de poster chacun des dessins de mes carnets sur les réseaux sociaux de manière très régulière. Et petit à petit, j’ai eu de plus en plus de retours. Mais j’ai eu beaucoup de chance que l’information ait été reprise par d’autres personnes sur Facebook et Twitter, notamment, et même par certains sites spécialisés en bandes dessinées.

Qu’as-tu envie de dire à tes contributeurs ?

Merci beaucoup, bien sûr !

Le carnet de Ben Basso

Que penses-tu qu’ils trouvent dans tes dessins ?

Alors ça, il faut leur demander. Au départ, tout ça, c’était avant tout un exercice : faire un dessin par jour, travailler mon encrage, jouer avec les zones sombres tout en essayant de garder une certaine lisibilité et d’éviter qu’il soit figé. Les longues lignes se sont imposées naturellement et j’ai continué à travailler ce style.

Que prévois-tu pour la suite de la campagne ?

D’ores et déjà, le livre fait désormais 100 pages avec reliure cousue. Avec les 300%, la couverture sera encore mieux : plus épaisse, avec vernis sélectif et marquage à chaud. Le livre n’en sera que plus beau !

À partir de 400%, nous voulons ajouter une quadruple page au milieu du livre et le faire passer à 120 pages. Pour la quadruple page, j’ai envie d’une fresque, type « l’évolution de la vie » dans l’univers de ce bestiaire. C’est un peu ambitieux, mais ça rendrait super bien.

Et pour les 500%, nous réfléchissons à un coffret. Un beau.

J’ai conscience de ne pas avoir fait beaucoup de cadeaux aux contributeurs, jusqu’ici, contrairement à d’autres auteurs ayant lancé un projet sur Ulule. Jusqu’ici, tout a été pour le livre lui-même et augmenter sa qualité. A partir de 500%, on pourra penser à des petits extras. Nous y réfléchissons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *