Adaptation française du manhua taïwanais 9 Lives Man

Publié le 26 octobre 2021
Le manhua taïwanais 9 Lives Man 9 Lives Man : un manhua taïwanais publié par Mahô éditions

Nous avons posé quelques questions à Aurélien Martinez de Mahô éditions à propos du manhua taïwanais que nous avons adapté (traduction et lettrage) du mandarin vers le français.

Aurélien, peux-tu nous présenter Mahô éditions ? En quoi vous différenciez-vous des autres éditeurs de mangas ou de manhuas ?

Aurélien Martinez : Mahô Editions est une maison d’édition de mangas et de light novels (roman jeunesse japonais). Nous publions des créations originales avec des auteurs de tous les horizons, mais également des traductions de mangas du monde entier. Des œuvres japonaises évidemment, mais également du global manga avec des œuvres taiwanaises comme 9 Lives Man – Un amour à sens unique.

Nous avons collaboré avec toi sur l’adaptation française du manhua taïwanais 9 Lives Man. Peux-tu nous pitcher cet ouvrage ?

Aurélien Martinez : 9 Lives Man – Un amour à sens unique, c’est l’histoire d’un amour non-partagé. On a Zi-Yang, un jeune homme beau, talentueux, avocat. Tout lui réussit. Mais, tout bascule quand sa nouvelle secrétaire arrive : Qing, une ancienne camarade de lycée dont le jeune homme était désespérément amoureux. Et là, c’est le drame… Le revoilà redevenu le petit garçon timide qui n’a jamais réussi à se déclarer. Mais les choses ont changé et l’image qu’il se faisait de sa belle ainée s’écorne à mesure que le temps passe. Aussi que signifie ces 9 cœurs qui sont apparus au-dessus de sa tête lorsqu’il était adolescent et qui ne cesse de descendre à mesure qu’il côtoie Qing ?

Comment s’est déroulé la traduction et le lettrage du manhua 9 Lives Man ?

Aurélien Martinez : La traduction a été réalisée par Roxane Gardeil avec un grand talent. Elle a fait un premier jet tout d’abord, puis nous avons pu peaufiner ensemble le texte pour arriver au résultat que les lecteurs peuvent avoir entre leur main. J’ai beaucoup apprécié travailler avec elle car elle sait doser les niveaux de langage, jouer avec l’humour des dialogues et adapter avec soin les phrases du récit. Quant à Stephan, je n’ai rien à ajouter d’autres que la qualité était impeccable et que lui et son équipe de lettrage sont très à l’écoute des demandes parfois compliquées des éditeurs ! Donc je les remercie tous deux pour leur travail et leur professionnalisme !

Est-ce que tu es prêt à renouveler l’expérience avec l’équipe MAKMA ?

Aurélien Martinez : Avec plaisir ! Je crois même que c’est en bonne voie !